Le groupe AD&N souhaite – tout comme le BEP il y a deux semaines, la Province et d’autres Villes et Communes qui vont très certainement nous rejoindre – que la Ville d’Andenne, unanimement, souscrive des parts dans la coopérative « Notre Avenir » fondée par le personnel du journal « L’Avenir » en défendant les intérêts du journal, de ses journalistes, de ses employés mais aussi de ses lecteurs !

Cela peut être le rôle des pouvoirs publics d’aider la liberté de la presse mais, surtout, sans jamais s’immiscer dans l’indépendance des journalistes ou dans la ligne éditoriale des journaux… tout comme cela a peut-être pu déjà être ressenti récemment.

Le groupe AD&N souhaite rappeler l’existence de l’article 25 de notre Constitution qui précise que « La presse est libre ; la censure ne pourra jamais être établie ; il ne peut être exigé de cautionnement des écrivains, éditeurs ou imprimeurs ». La liberté de la presse, garantie depuis l’entrée en vigueur de la Constitution belge en 1831, est l’un des fondements de l’Etat de droit et une pierre angulaire du système démocratique belge. La presse jouit donc d’une protection constitutionnelle spéciale. Et ce n’est pas rien !

Mais aujourd’hui, les médias fonctionnent d’une toute autre manière qu’en 1831. La presse écrite, la radio et la télévision sont confrontées à la concurrence croissante des médias sociaux et numériques ainsi que des fake news. La distinction entre la presse écrite, les médias audiovisuels et les nouveaux médias est dépassée. Presque tous les journaux et magazines ont leur propre page web et sont également présents sur les médias sociaux.

Le régime de protection que le législateur a conçu au XIXe siècle est-il encore adéquat aujourd’hui… lorsque l’on constate ce qu’est parvenu à faire une intercommunale liégeoise en mettant « la main sur » un journal wallon et des journaux français ?

J’ai retrouvé trois interpellations développées devant ce Conseil communal et relatives aux activités de ladite intercommunale : la première datait du 30 septembre 2013. A Andenne, il y a toujours eu une unanimité sur ce dossier, et ce, depuis longtemps.

Nous devons soutenir la liberté de la presse, sa neutralité et la lutte contre l’autocensure. En effet, la liberté de la presse recule en Europe, notamment sous la pression de pouvoirs en place de plus en plus autoritaires, constatait l’association « Reporters Sans Frontières » dans son dernier classement mondial annuel publié en avril dernier.

Au sein de celui-ci, la Belgique a perdu deux places et se retrouve désormais neuvième. La Jamaïque est passée devant nous. Pour quelle raison ? Des journalistes belges ont été soumis à des pressions, via, par exemple, un harcèlement judiciaire croissant. C’est ce que déplore « Reporters Sans Frontières ». L’intercommunale liégeoise n’est peut-être pas étrangère à cette régression dans le classement.

Quoi qu’il en soit, soutenons tous ensemble la liberté de la presse !

Je vous remercie.

Étienne Sermon

Intervention suite au vote sur la prise de parts de la Ville d’Andenne dans la coopérative « Notre Avenir » au conseil communal du 2 mars 2020.

Étienne Sermon

Conseiller communal

0Shares
0 0